Un Peu d’Histoire

Auguste Denayrouze

L’inventeur de l’aérophore était aveyronnais !

En 1860, l’ingénieur des mines Benoît Rouquayrol met au point un « régulateur pour l’écoulement des gaz comprimés ». Il ne peut deviner qu’il vient d’assurer définitivement l’autonomie de la plongée sous-marine. Son invention est en effet destinée à un appareil de sauvetage pour les mineurs pris dans les gaz toxiques ou les inondations de galeries.

En 1864, Auguste Denayrouze, décide d’adapter ce régulateur pour la pénétration des fonds marins. Aidé de son frère Louis et de Rouquayrol, il met au point le premier scaphandre autonome moderne avec réservoir sous pression et détendeur à membrane : l’aérophore. En juillet 1873, ils parviennent à assécher une mine de charbon envahie par les eaux en utilisant l’aérophore et un appareil de plongeur. En 1875, il obtint pour son aérophore le prix Montyon de l’Académie des Sciences. Il inventa également en 1895 un système d’éclairage au gaz : le bec Denayrouze. Cette invention lui permit de faire fortune.

Jules Verne, dans Vingt Mille Lieues sous les mers, rendit un vibrant hommage aux frères Denayrouze en équipant le capitaine Némo du fameux scaphandre.

Espalion

Depuis 1980, le musée du scaphandre a ouvert ses portes, permettant aux visiteurs de découvrir tous les types de scaphandres et appareils de plongée.

Michel Cousteau a tourné un film sur l’histoire du scaphandre, en partie à Espalion.

Une statue en bronze représentant un scaphandrier a été inaugurée le 18 juin 2000 et se trouve près du Pont Vieux.

photos archives départementales de l’Aveyron